ASSOCIATION FENVAC - 81 Avenue de Villiers - 75017 PARIS - Tél. 01 40 04 96 87 - Mail : federation@fenvac.org
Sélectionnez la langue :
Fédération nationale des Victimes d'Attentats et d'Accidents ColLectifs
Soutien et défense de victimes
par des victimes depuis 1994.

Revue de presse

Crash du Concorde : Continental fait appel de sa condamnation

13/12/2010

JPEG - 1.4 ko

La semaine dernière, le tribunal correctionnel de Pontoise avait imputé l’entière responsabilité de l’accident, qui avait fait 113 morts en 2000, près de Paris, à la compagnie aérienne.

Continental Airlines, condamnée pour le crash du Concorde d’Air France, qui avait fait 113 morts en 2000, près de Paris, a fait appel du jugement, ce lundi après-midi devant la cour d’appel de Versailles.

Début décembre, le tribunal correctionnel de Pontoise avait imputé l’entière responsabilité de l’accident à Continental, jugeant que c’était bien un DC10 de la compagnie américaine qui avait déclenché la catastrophe, en perdant une lamelle d’une quarantaine de centimètres sur la piste de décollage.

Continental a été condamné à une amende de 200.000 euros pour homicides involontaires et à verser un million d’euros de dommages et intérêts à Air France, pour « préjudice moral » et « atteinte à l’image ».

L’avocat de la compagnie aérienne, Me Olivier Metzner, avait immédiatement annoncé son intention de faire appel, et dénoncé « un jugement protectionniste des seuls intérêts de la France ».

En partance pour New York le 25 juillet 2000, le Concorde s’était écrasé sur Gonesse (Val d’Oise) quelques minutes après son décollage de Roissy, tuant ses 109 occupants, principalement des Allemands, et quatre personnes au sol.

Le tribunal correctionnel a également retenu la responsabilité pénale d’un employé de Continental, John Taylor, 42 ans, condamné à 15 mois de prison avec sursis pour avoir mal fabriqué et fixé cette lamelle.

(Source AFP)

Libération - publié le 13 décembre 2010