Enregistrer au format PDF Télécharger l'article au format PDF

Soudan : près de 100 morts dans l’incendie d’un Airbus à Khartoum

FENVAC

Un Airbus de la compagnie nationale Sudan Airways a pris feu après l’explosion de l’un de ses moteurs à son atterrissage mardi soir à l’aéroport de Khartoum, causant la mort d’une centaine de personnes, a annoncé la télévision d’Etat."Les informations préliminaires indiquent que près de la moitié des 203 passagers sont morts", a affirmé un présentateur de la télévision soudanaise, faisant état d’un "d’un grand nombre de blessés".

L’aviation civile a ensuite indiqué, dans un communiqué lu à la télévision, que 103 passagers et 10 membres d’équipage (sur 11) étaient sains et saufs et qu’"un certain nombre" de passagers rescapés avaient quitté l’aéroport sans que les services de secours aient pu les recenser.L’avion de ligne de Sudan Airways, un Airbus, arrivait d’Amman via Damas. Il a dévié de la piste après l’atterrissage puis a pris feu, a précisé une source policière.

"Il y a eu une explosion dans l’un des moteurs et l’avion a pris feu", a expliqué le directeur de l’aéroport de Khartoum, Youssef Ibrahim, parlant d’un problème "technique".Mais d’après Mabrouk Moubarak Salim, le ministre d’Etat au Transport, "la météo est l’une des causes principales" de l’accident, des tempêtes de sable et de pluies diluviennes s’étant abattues mardi sur Khartoum.L’avion a d’ailleurs dû se poser à Port-Soudan avant d’avoir l’autorisation de se poser sur le tarmac de l’aéroport de la capitale, en raison des mauvaises conditions climatiques, a ajouté M. Salim.

"Nous ne pouvons pas donner de chiffre précis" sur les victimes, mais "un grand nombre de passagers sont sains et saufs", a assuré M. Ibrahim.Mais lors des interviews de survivants à la télévision, un Soudanais y est brièvement apparu, en criant : "il y a des morts et ils ne veulent pas le dire" !Un autre rescapé, Ibrahim Saleh, assis au fond de l’avion, a indiqué à l’AFP qu’il restait, après son évacuation, "beaucoup de monde dans l’appareil".

"Je ne suis pas sorti en premier car j’ai d’abord aidé à faire débarquer les enfants", a-t-il dit.L’incendie a été maîtrisé, selon un correspondant de l’AFP sur place. La police et les services de secours étaient présents en force à l’aéroport qui sera fermé jusqu’à mercredi matin selon M. Ibrahim.Selon les images diffusées par la télévision, les pompiers munis de lances à incendie ont mis plus d’une heure pour circonscrire le feu qui avait déjà ravagé la partie supérieure de la carlingue.

"C’est une tragédie. L’avion a simplement dévié de la piste, il ne s’agit pas de terrorisme (...). Je pense que la majorité des (passagers) étaient Soudanais", affirmé à CNN John Ukec, l’ambassadeur du Soudan aux Etats-Unis.

Cette catastrophe est l’une des plus importantes ces dernières années au Soudan.En juillet 2003, 115 personnes, dont un haut responsable militaire soudanais et huit étrangers, avaient péri dans l’accident d’un avion des lignes intérieures de Sudan Airways dans l’est du Soudan.

Le pilote de l’avion avait fait état de "problèmes techniques" environ dix minutes après le décollage de l’appareil, un Boeing 737, et avait tenté de revenir à l’aéroport mais s’était écrasé 18 km plus loin.

Les autorités soudanaises avaient alors indiqué que le manque de pièces de rechange était à l’origine de l’accident.La flotte soudanaise est vieillissante, la compagnie nationale n’arrivant pas à acheter des pièces de rechange en raison des sanctions américaines. Plusieurs petites compagnies locales ont recours à des pilotes de l’ex-Union soviétique et utilisent des avions de fabrication d’Europe de l’est.

AFP, le 11 juin 2008.


Nous soutenir

C’est grâce à votre soutien que nous pouvons vous accompagner dans l’ensemble de vos démarches, faire évoluer la prise en charge des victimes par une mobilisation collective, et poursuivre nos actions de défense des droits des victimes de catastrophes et d’attentats.

Soutenir la FENVAC