Crash d’Egyptair : retour en France pour les corps de huit victimes

Huit mois après le crash du vol EgyptAir qui avait fait 66 morts, les corps de huit victimes ont été rapatriés mardi en France, où les enquêteurs poursuivent leurs investigations sur fond de différend entre Paris et Le Caire sur la cause de la catastrophe.

"Les corps de sept victimes françaises et une victime égyptienne, épouse d’un compatriote, sont arrivés à l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle mardi" et seront enterrés "dans les prochains jours", a confirmé à l’AFP le secrétariat d’État chargé de l’aide aux victimes.

Une quarantaine de personnes, familles et proches, étaient présentes au pavillon d’honneur de l’aéroport pour la cérémonie de restitution des corps, en présence de la secrétaire d’État Juliette Méadel.
"C’était un moment de soulagement et d’émotion pour les familles qui vont pouvoir commencer leur travail de deuil", a réagi auprès de l’AFP Sébastien Busy, avocat de la Fédération nationale des victimes d’attentats et d’accidents collectifs (Fenvac) et de l’association de familles de victimes du MS804.

Mi-décembre, le procureur général égyptien avait ordonné la restitution des corps des victimes. Les familles dénonçaient depuis des mois la lenteur de l’Égypte à rendre les dépouilles.
Les familles des huit autres victimes françaises du crash ont choisi de faire inhumer les corps de leurs proches à l’étranger.

Le vol MS804, reliant Paris au Caire, s’était abîmé en mer Méditerranée le 19 mai entre la Crète et la côte nord de l’Égypte, après avoir soudainement disparu des écrans radars. Les 66 personnes à bord de l’Airbus A320 dont 40 Égyptiens et 15 Français avaient péri.

Source : Le Point
Auteur : AFP
Date : 17 janvier 2017

Crédit photos : Source : Le Point Auteur : AFP Date : 17 janvier 2017

Nous soutenir

C’est grâce à votre soutien que nous pouvons vous accompagner dans l’ensemble de vos démarches, faire évoluer la prise en charge des victimes par une mobilisation collective, et poursuivre nos actions de défense des droits des victimes de catastrophes et d’attentats.

Soutenir la FENVAC