Bruxelles : Salah Abdeslam n’assistera pas à la fin de son procès jeudi

Le terroriste présumé des attentats du 13 novembre 2015 à Paris a décidé de ne pas se représenter à son procès organisé à Bruxelles sur une autre affaire.

Après avoir défié lundi à l’ouverture de son procès la justice, Salah Abdeslam a décidé hier mardi de totalement l’ignorer désormais. Seul membre encore en vie des commandos djihadistes du 13 novembre, il a décidé de ne pas se représenter à son procès, organisé à Bruxelles sur une autre affaire, anéantissant les minces espoirs qu’il s’exprime enfin sur les faits. « Il m’est apparu important de vous informer que Salah Abdeslam a informé le tribunal qu’il ne souhaitait pas comparaître à l’audience de ce jeudi 8 février », a annoncé Luc Hennart, qui organise le procès. Celui-ci va donc se poursuivre sans lui, jeudi, avec comme point d’orgue les plaidoiries des avocats de la défense.

“ C’est sa façon à lui de se moquer de nous ” Elisabeth Boissinot, mère d’une victime

Une nouvelle qui soulage et déçoit à la fois les associations des victimes des attentats parisiens : « C’est d’une certaine manière une bonne nouvelle si l’on considère son attitude au cours de cette première journée d’audience », affirme Philippe Duperron, président de l’association 13onze15 Fraternité et vérité. […] « Il transforme en quelque sorte l’audience en une tribune pour se plaindre des traitements réservés aux musulmans […]. Il l’utilise pour s’adresser à ses affidés. Il est donc mieux en prison. » Pour autant, si Salah Abdeslam prend la même décision lors de son procès à venir en France, « il en résultera pour toutes les victimes une indicible frustration, » ajoute Philippe Duperron.

Élisabeth Boissinot, la mère de Chloé, tuée à la terrasse du Carillon le 13 novembre, ne s’est pas rendue à Bruxelles et est restée chez elle, dans la Vienne. « C’est sa façon à lui de se moquer de nous, assure-t-elle. Comme il l’a toujours fait et comme il continuera à le faire pour son procès en 2020. On est “ des infidèles ”, il n’en a rien à faire de nous. Là, on lui fait de la publicité avec ce procès. Il fallait le mettre dans une cellule et puis l’oublier. »

Concernant le procès à venir en 2020, Philippe Duperron l’assure : « Il y a de mon point de vue peu à espérer qu’il change d’attitude car il n’y a certainement aucun intérêt. Sa comparution devant les juges n’est aucunement de nature à avoir une quelconque incidence positive sur la peine qui lui sera infligée. La mise en présence de ses victimes ne procurera de satisfactions qu’à celles-ci mais ne sera d’aucun bénéfice pour lui […]. Je pense que nous devons nous préparer à cette éventualité et y préparer nos adhérents. Bien évidemment, c’est un sujet que nous évoquerons de manière très approfondie avec notre avocat Jean Rheinart. »

Date : 07/02/18
Auteur : La Rédaction
Source : La Nouvelle République

Nous soutenir

C’est grâce à votre soutien que nous pouvons vous accompagner dans l’ensemble de vos démarches, faire évoluer la prise en charge des victimes par une mobilisation collective, et poursuivre nos actions de défense des droits des victimes de catastrophes et d’attentats.

Soutenir la FENVAC