Attentat de la rue Copernic : le parquet fait appel du non-lieu en faveur du suspect Hassan Diab

Suite à l’annonce du non-lieu en faveur de l’unique suspect dans l’attentat de la rue Copernic en 1980, à Paris, le parquet de Paris va faire appel de cette décision, d’après des sources judiciaires.

Le parquet de Paris va faire appel de l’ordonnance de non-lieu rendue vendredi en faveur d’Hassan Diab, unique suspect de l’attentat devant la synagogue de la rue Copernic le 3 octobre 1980 à Paris, a-t-on appris de source judiciaire.

Les juges d’instruction ont ordonné vendredi l’abandon des poursuites engagées contre le Libano-Canadien de 64 ans, estimant que les charges « ne sont pas suffisamment probantes », une décision contraire à l’avis du ministère public qui avait requis en novembre son renvoi devant les assises.

L’appel du parquet n’est pas suspensif et ne remet donc pas en cause à ce stade la remise en liberté d’Hassan Diab.

Suite à la décision de non-lieu, les magistrats ont relevé que les investigations ont mis en lumière « un certain nombre d’éléments (..) qui permettent d’estimer qu’Hassan Diab se trouvait vraisemblablement au Liban pendant cette période » et ne pouvait donc ni avoir confectionné ni posé l’engin explosif, caché sur une moto.

Date : 12/01/18
Auteur : Rédaction
Source : Ouest France

Documents attachés :

rue_copernic.jpg
Télécharger

Nous soutenir

C’est grâce à votre soutien que nous pouvons vous accompagner dans l’ensemble de vos démarches, faire évoluer la prise en charge des victimes par une mobilisation collective, et poursuivre nos actions de défense des droits des victimes de catastrophes et d’attentats.

Soutenir la FENVAC