JUSTICE l OUVERTURE DU PROCES EN APPEL DES ATTENTATS DE JANVIER 2015

Ce lundi 12 septembre 2022 s’est ouvert à Paris le procès en appel des attentats de janvier 2015 pendant lequel seuls deux des condamnés de première instance vont être rejugés : Ali Riza POLAT et Amar RAMDANI.

Les attentats de janvier 2015 s’étaient déroulés sur les trois journées des 7, 8 et 9 janvier.

Le 7 janvier 2015, les frères KOUACHI s’introduisaient dans les locaux de Charlie Hebdo afin de commettre un massacre au sein de la rédaction du journal satirique où douze personnes ont trouvé la mort en quelques minutes. Au terme d’une traque de trois jours, les assaillants étaient abattus par le GIGN, dans l’imprimerie de Dammartin-en-Goële en Seine-et-Marne où ils avaient pris en otage le propriétaire.

Amédy COULIBALY, qui avait été en lien avec les deux premiers terroristes, assassinait une policière municipale à Montrouge, le 8 janvier. Le lendemain, vers 13 h, il prenait en otages des salariés et clients du magasin Hyper Cacher, porte de Vincennes à Paris, où il tuait quatre personnes avant d’être abattu.

Lors du procès de première instance ayant eu lieu en 2020, quatorze personnes avaient été jugées et condamnées. Six d’entre elles étaient condamnés pour des délits de droit commun, association de malfaiteurs, alors que l’infraction qui leur était initialement reprochée était l’association de malfaiteurs terroriste. La Cour d’assises spécialement composée avait considéré au terme des débats que les six accusés en question n’avaient pas connaissance de la radicalisation d’Amédy COULIBALY et de ses projets terroristes.

Après le verdict, deux des personnes condamnées avaient décidé de faire appel de la décision : Ali Riza POLAT, 37 ans, qui avait été condamné à 30 ans de réclusion pour complicité de crimes et délits en relation avec une entreprise terroriste, et Amar RAMDANI, 41 ans, condamné à 20 ans de réclusion criminelle pour association de malfaiteurs terroriste criminelle.

Les magistrats avaient considéré qu’Ali Riza POLAT avait activement aidé Amédy COULIBALY à se procurer divers équipements, et notamment des armes, pour commettre ses crimes. Lors du procès en 2020, il avait reconnu être un délinquant de droit commun mais niait toute implication terroriste, tout comme Amar RAMDANI, ami d’Amédy COULIBALY depuis leur rencontre en prison, qui niait avoir récupéré des armes pour le compte du terroriste.

Les magistrats devront à nouveau juger l’implication de ces personnes pendant ce procès en appel qui doit durer six semaines.

Cette nouvelle étape judiciaire constitue une épreuve supplémentaire pour les victimes et les familles des victimes.

La FENVAC, constituée partie civile et représentée par Me SERRE dans ce dossier, est à leurs côtés pour les soutenir et les accompagner dans le parcours vers la vérité et la justice.

Le délibéré devrait être rendu le vendredi 21 octobre 2022.

Crédit photos : © Maxppp - EMMANUEL DUNAND

Nous soutenir

C’est grâce à votre soutien que nous pouvons vous accompagner dans l’ensemble de vos démarches, faire évoluer la prise en charge des victimes par une mobilisation collective, et poursuivre nos actions de défense des droits des victimes de catastrophes et d’attentats.

Soutenir la FENVAC