ASSOCIATION FENVAC - 81 Avenue de Villiers - 75017 PARIS - Tél. 01 40 04 96 87 - Mail : federation@fenvac.org
Sélectionnez la langue :
Fédération nationale des Victimes d'Attentats et d'Accidents ColLectifs
Soutien et défense de victimes
par des victimes depuis 1994.

Actes de terrorisme Suivis par la FENVAC

In Amenas

19/01/2013

Date : du 16 au 19 janvier 2013
Lieu : In Aménas (Algérie)
Victimes : 32 morts (dont 1 français) et 8 blessés


« Les Signataires par le sang » un groupe armé islamiste dissident d’Al-Qaida au Maghreb islamique ont perpétré une prise d’otages massive sur le site d’exploitation gazière de Tiguentourine situé à 45 km à l’ouest d’In Amenas, dans le Sahara, au sud de l’Algérie.

La prise d’otages a commencé le 16 janvier 2013 à l’aube, lorsqu’un groupe d’une quarantaine de djihadistes des Signataires par le sang fortement armés, équipés d’armes récupérées en Libye sont arrivés à bord d’une dizaine de 4x4.
Après une première attaque menée contre un autobus transportant des employés, les terroristes forcent l’entrée du site grâce à une voiture-bélier, prenant en otages des centaines de travailleurs d’occidentaux.

L’Etat algérien refuse toute négociation avec les terroristes et décide alors de lancer l’assaut le 17 janvier. Un hélicoptère se rapproche de la zone de vie et ouvre le feu sur l’esplanade, tandis qu’au sol, les forces du GIS, du DSI et du 18e régiment parachutiste commando abattent 11 djihadistes. Durant ces combats, des otages périssent, d’autres sont libérés ou parviennent à s’enfuir.

Les affrontements cessent vers 14 heures. Les djihadistes décident de se replier sur la raffinerie de gaz, où 6 otages sont déjà retenus. Des hélicoptères interviennent vers 14 h 25 et ouvrent le feu. Plusieurs véhicules sont détruits, la plupart des djihadistes sont tués, ainsi que de nombreux otages

Le samedi 19 janvier à la mi-journée a lieu le deuxième et dernier assaut de l’armée algérienne, cette fois contre l’usine où sont encore retranchés une dizaine de terroristes avec sept otages. Cette offensive se termine tragiquement, les sept derniers otages étrangers sont exécutés par leurs ravisseurs, qui sont ensuite abattus par l’armée.