EXPLOSION A SANARY : BILAN HUMAIN, ORIGINE DE L’EXPLOSION, EVACUATIONS... DEUX JOURS APRES LE DRAME DE SANARY, ON FAIT LE POINT

Article publié sur le site de Var-matin le jeudi 9 décembre 2021

Les secours ont cherché les corps des victimes pendant deux jours. Photo Luc Boutria

Un immeuble s’est effondré sur le port de Sanary-sur-Mer, ce mardi 7 décembre vers 3h50 du matin. On fait le point sur la situation, deux jours après le drame.

Que s’est-il passé ?

Un immeuble d’habitations de trois étages, situé rue Jean-Jaurès sur le port de Sanary, s’est effondré après une explosion, ce mardi vers 3h50.

Le Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) a immédiatement déployé un dispositif très important : une quarantaine de sapeurs-pompiers se sont rendus sur place dans les minutes suivantes.

Des renforts, parfois venus des Bouches-du-Rhône, les ont rejoints pour progressivement atteindre la centaine de personnels mobilisée.

Quel est le bilan humain ?

Cette catastrophe a fait trois morts, dont Thibault Monteiro. Ce père de famille de 31 ans travaillait au Galion, une crêperie accolée au pied du bâtiment qui s’est effondré.

Sa compagne, blessée à la cheville, a été sortie des décombres et leur nourrisson de six mois a été extrait dans la matinée du mercredi par les pompiers, qui ont dû creuser un tunnel jusqu’à lui. Le bébé est indemne.

Les deux autres personnes recherchées dans les décombres ont été retrouvées mercredi. Il s’agit d’une mère, Mme Gamerre, et de son fils Daniel.

Connaît-on l’origine de l’explosion ?

Deux jours après cet accident, l’origine de l’explosion est encore inconnue, même si l’hypothèse la plus probable est celle d’une fuite de gaz.

Les techniciens de la police scientifique et technique sont à la recherche d’indices parmi les tonnes de gravats. Le laboratoire de Marseille a été saisi, aux côtés des services d’enquête varois.

Différents témoins assurent que s’il était ancien, le bâti n’était pas du tout insalubre mais, qu’au contraire, l’immeuble avait été rénové. Le réseau de gaz avait été vérifié le 7 octobre. Une centaine de foyers n’était toujours pas alimentée en gaz dans le secteur proche du drame mercredi.

D’autres immeubles sont-ils menacés ?

Le bâtiment blanc contigu, qui abrite le restaurant Le Galion au rez-de-chaussée, a été fragilisé par l’explosion et présente un risque d’écroulement, selon des experts sur place.

Il a donc été décidé l’évacuation de nombreux logements autour de la zone. Une dizaine d’immeubles, à cheval sur la rue Jean-Jaurès et la rue Gabriel Péri, sont concernés.

Ce mercredi matin, 28 foyers ont dû évacuer. La plupart ont trouvé refuge auprès de leur famille ou chez des amis.

Nous soutenir

C’est grâce à votre soutien que nous pouvons vous accompagner dans l’ensemble de vos démarches, faire évoluer la prise en charge des victimes par une mobilisation collective, et poursuivre nos actions de défense des droits des victimes de catastrophes et d’attentats.

Soutenir la FENVAC