Pas de survivants dans l’accident aérien de Bukavu en RDC

Un avion humanitaire avec 17 passagers et membres d’équipage à bord s’est écrasé dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), annonce la compagnie américaine Air Serv International.

Les secours aériens dépêchés sur place n’ont vu aucune trace de survivants dans les restes de l’appareil qui s’est écrasé lundi sur un massif montagneux à 15 km au nord-ouest de Bukavu, ville proche de la frontière avec le Rwanda.

Six étrangers - un Français, un Canadien, un Italien, un Britannique, un Congolais et un Sud-Africain - se trouvaient à bord de l’appareil, selon le registre des passagers que Reuters a pu consulter. Les onze autres étaient inscrits comme ressortissants de la RDC.Deux pilotes - le Britannique et le Sud-Africain - et 15 passagers avaient pris place dans l’avion de type Beechcraft, parti de Kisangani pour se rendre à Bukavu.

L’épave a été localisée mardi matin par les secours aériens. Les équipes au sol n’ont pas pu l’atteindre en raison de mauvaises conditions météorologiques et de sa situation sur un terrain montagneux et accidenté.Les opérations devraient reprendre mercredi. Des soldats de la mission des Nations unies en RDC devraient être héliportés sur le site, a dit un porte-parole des forces onusiennes..Les conditions météorologiques étaient mauvaises pendant le vol. L’appareil a perdu le contact avec le contrôle au sol alors qu’il effectuait ses manoeuvres d’approche.

L’avion était affrété par Air Serv International, une société spécialisée dans le transport de matériels et de personnels humanitaires. La plupart des organisations humanitaires présentes en RDC évitent de faire voyager leur personnel à bord de vols commerciaux locaux, affectés par de nombreux problèmes de sécurité et des accidents fréquents.

L’Express, Reuters, Joe Bavier, version française Clément Dossin et Pierre Serisier, 2 septembre 2008


Nous soutenir

C’est grâce à votre soutien que nous pouvons vous accompagner dans l’ensemble de vos démarches, faire évoluer la prise en charge des victimes par une mobilisation collective, et poursuivre nos actions de défense des droits des victimes de catastrophes et d’attentats.

Soutenir la FENVAC