Hommage aux victimes de Mérah à Jérusalem

La famille de Jonathan Sandler, le professeur de judaïsme assassiné par Mohamed Merah il y a un an à Toulouse avec ses deux enfants, s’est rendue aujourd’hui sur la tombe des trois victimes, pour marquer le premier anniversaire de leur inhumation à Jérusalem, selon la famille.

Par ailleurs, les proches des Sandler se sont réunis dans une synagogue de Jérusalem hier soir pour leur rendre hommage, lors d’une cérémonie privée, à la date anniversaire de leur inhumation selon le calendrier hébraïque.

"Cette année a été dure à vivre mais je veux continuer à témoigner pour continuer de les faire vivre", a confié à la presse Samuel Sandler, le père de Jonathan. Son fils, un Français âgé de 30 ans, avait étudié dans une école talmudique de Jérusalem avant de partir en mission pour deux ans enseigner le judaïsme à Toulouse. Il a été tué avec ses garçons Gabriel (4 ans) et Arieh (5 ans), ainsi qu’une fillette de 7 ans, Myriam Monsonego, dans l’école où il était enseignant.

"La France veillera sur le souvenir des victimes et sera digne de leur mémoire en agissant avec fermeté et vigilance pour empêcher d’autres drames", a assuré l’ambassadeur de France en Israël, Christophe Bigot, qui s’est incliné jeudi sur la tombe de Myriam Monsonego, également enterrée à Jérusalem.

Un documentaire israélien, "Toulouse, entre rose et gris", sur la communauté juive toulousaine après les meurtres, a été projeté jeudi soir à Jérusalem devant une centaine de personnes, dont plusieurs anciens membres de cette communauté. "Pour les Juifs de Toulouse, l’avenir est plus gris que rose", a commenté le réalisateur, Michael Grynspan.

Petit délinquant multirécidiviste ayant embrassé l’islamisme radical, Merah a assassiné trois parachutistes entre le 11 et le 15 mars 2012, puis abattu les trois enfants et l’enseignant juifs le 19 mars 2012 à Toulouse. Il avait été abattu par le Raid le 22 mars, après un interminable siège de son appartement toulousain.

AFP - 8 mars 2013


Documents attachés :

victimes_merah.jpg
Télécharger

Nous soutenir

C’est grâce à votre soutien que nous pouvons vous accompagner dans l’ensemble de vos démarches, faire évoluer la prise en charge des victimes par une mobilisation collective, et poursuivre nos actions de défense des droits des victimes de catastrophes et d’attentats.

Soutenir la FENVAC