Décès de Margerie : nouvelles inculpations en Russie

L’ingénieur en chef de l’aéroport Vladimir Ledenev a été officiellement inculpé ce vendredi pour violation de règles de sécurité aérienne dans le cadre de l’enquête sur les circonstance de la mort du patron de Total, Christophe de Margerie.

Les inculpations se succèdent en Russie dans le cadre de l’enquête sur les circonstances de la mort du patron de Total, Chrstophe de Margerie, le 20 octobre dernier. « L’ingénieur en chef de l’aéroport Vladimir Ledenev a été officiellement inculpé pour violation de règles de sécurité aérienne ayant entraîné la mort de deux personnes ou plus » a annoncé ce vendredi matin le porte-parole du Comité d’enquête russe Vladimir Markine.

Auparavant, le Comité d’enquête avait inculpé pour les mêmes raisons deux autres personnes : jeudi c’était le contrôleur aérien de Vnoukovo Alexandre Krouglov qui a été ainsi mis en inculpation alors que la veille c’était la contrôleuse stagiaire qu’il supervisait Svetlana Krivsoun qui avait été la première inculpée de cette affaire.

Tous trois, si leur culpabilité s’avère prouvée, risquent jusqu’à cinq ans de prison, selon la loi russe.

L’arrivée des inculpés, dont Vladimir Ledenev ,au tribunal le 24 octobre dernier

Le plan social de l’aéroport pointé du doigt

Selon l’agence de presse Ria Novosti, les enquêteurs russes continuent également de travailler avec les autres personnes mises en examen dans le cadre de l’affaire, dont le chef d’escale de l’aéroport Roman Dounaïev et le conducteur de la déneigeuse Vladimir Martynenko.

Ces différentes inculpations de membres du personnel de l’aéroport sont cependant dénoncée par l’Association fédérale des contrôleurs aériens qui reproche notamment les conditions de traiement des personnes mises en causes. De son côté, le directeur juridique de l’association, a, dans un récent entretien accordé au « Courrier de Russie » mis en cause le récent plan social qui avait touché l’aéroport.

« Il y a encore deux ans, il y avait deux contrôleurs par piste à Vnoukovo, mais depuis, les effectifs ont été réduits de moitié. S’il y avait eu un contrôleur à l’autre extrémité, cet accident aurait probablement pu être évité » expliquait-t-il.

lesechos.fr - Claude Fouquet - le 31.10.2014


Nous soutenir

C’est grâce à votre soutien que nous pouvons vous accompagner dans l’ensemble de vos démarches, faire évoluer la prise en charge des victimes par une mobilisation collective, et poursuivre nos actions de défense des droits des victimes de catastrophes et d’attentats.

Soutenir la FENVAC