Abdelkader Merah reste en détention

La justice a prolongé la détention provisoire d’Abdelkader Merah, mis en examen pour complicité dans les sept assassinats commis par son frère en mars 2012 à Toulouse et Montauban.

Le juge des libertés et de la détention (JLD) a refusé sa mise en liberté parce qu’"il n’a pas donné l’identité du troisième homme", complice présumé de Mohamed Merah mais dont l’existence n’a pas encore pu être prouvée, a expliqué Me Tiffany Dhuiege à la sortie de l’audience. Toutefois, le juge a évoqué la possibilité de placer Abdelkader Merah sous bracelet électronique "dans un futur proche". "C’est extrêmement positif. On n’envisage pas ça pour un complice d’assassinats", a ajouté son autre avocat, Me Eric Dupont-Moretti.

Abdelkader Merah, 30 ans, a reconnu devant les enquêteurs être au courant des déplacements en Afghanistan et au Pakistan de l’auteur des tueries de Montauban et de Toulouse de mars 2012 mais nie avoir été informé de ses intentions criminelles.
Il a été mis en examen pour complicité d’assassinats, association de malfaiteurs en vue de la préparation d’actes de terrorisme et complicité d’assassinats avec circonstances aggravantes en raison de l’appartenance de victimes à une race ou à une religion. Il est incarcéré depuis mars 2012.

Les enquêteurs, qui ont interpellé ces dernières semaines plusieurs connaissances du djihadiste français avant de les relâcher, recherchent toujours un éventuel complice. Fin février, Me Olivier Morice avait déclaré que les magistrats instructeurs détenaient assez d’éléments pour mettre en cause Abdelkader Merah pour complicité dans les crimes commis par son frère.

Lefigaro.fr, le 21 Mars 2013


Documents attachés :

victimes_merah.jpg
Télécharger

Nous soutenir

C’est grâce à votre soutien que nous pouvons vous accompagner dans l’ensemble de vos démarches, faire évoluer la prise en charge des victimes par une mobilisation collective, et poursuivre nos actions de défense des droits des victimes de catastrophes et d’attentats.

Soutenir la FENVAC